Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Ce n'est pas parce qu'on a rien à dire... qu'il faut se taire!!!
  • : communiquer, échanger des idées
  • Contact

Profil

  • Aguia
  • Nous sommes un peu tout le monde à la fois.
 Je suis vous, vous êtes moi.
 En vous exprimant ici, vous me définissez, vous vous définissez, Merci...
  • Nous sommes un peu tout le monde à la fois. Je suis vous, vous êtes moi. En vous exprimant ici, vous me définissez, vous vous définissez, Merci...

Aguia

Ce n'est pas parce qu'on a rien a dire ...
Qu'il faut se taire!!!

Recherche

Archives

2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 23:45
Partager cet article
Repost0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 19:11

De nombreuses analyses sont faites sur la problématique du pétrole et de sa crise par d’éminents spécialistes, politiques, scientifiques et autres penseurs.

Je le leurs laisse, ce qui va m’intéresser ici, c’est se que nous pouvons en penser, à notre échelle

J’attends vos avis avec beaucoup d’intérêt,

en attendant

 

8h20 : Mon réveil sonne (je sais, c’est cool) « fait chier ! », je touche ça texture pétrolière pour l’arrêter


8h35 : Je me lève et fait de même avec ma cafetière, mon p’tit noir, indispensable pour dépolluer mon esprit des marées noires de la nuit et ma clope, que je trempe dedans, « bah ! C’est pas pire que les gaz d’échappements » me dis-je


8h50 : Un petit morceau avant de partir, je galère avec cet emballage plastique, « ouverture facile, qu’y disent… ».


9h00 : Je décolle, je vais jeter cet emballage de merde dans la poubelle, la verte, en plastique, celle du recyclage (ça doit me donner bonne conscience), « et merde, c’est pas recyclable, putain d’emballage à la con, y m’aura fait chier jusqu’au bout » et puis de toutes façons elle est pleine

(Mon stylo me lâche, plus de recharges, c’est pas grave, j’irai au super marché en acheter par dix, jetable eux, c’est mieux et y sont pas cher.)


9h05 : je marche, dix minutes à pied du boulot ( je sais, c’est cool), ça m’évite les embouteillages et le stress (je pense même pas avoir parlé de pollution, de toutes façons, tout le monde s’en fout, et puis on est obligés, mon bien-être avant tout)


9h30 : « au boulot ! », je m’englue dans la noirceur du quotidien et me souci peu des considérations autres que nombriliste. Je regarde passer le Tram par la fenêtre et me dit que ça a couté cher aux contribuables, donc a moi (quel con je fais)


12h30 : Pause déjeuner, quel bonheur, plats tout prêt ou surgelés achetés au super marché (« saloperie de circulation ! ») au prix («  ça vaut pas ce que ça coute, s’te merde ! ») d’une ballade de week-end (dommage pour la forêt, même si j’avais besoin de respirer) dans ce lieu conviviale et chaleureux ou j’ai dut encore me prendre la tête avec ma concubine (ah ? vous aussi !!!)


13h00 : Fini de manger. « Putain, attrape un sac, la poubelle est pleine (là aussi) !y avait plus  de bordels autour que de bouffe, c’est bien des escrocs ses industriels et mon pouvoir d’achat, merde !!! »(Quel con je fais)


13h10 : Vite, je sors prendre l’air (« celui là aussi je vais le payer bientôt, même pollué ! »), fumer ma clope et boire un p’tit noir, tiens une part de galette pour mon dessert, « et la, évidemment, ya pas de poubelle pour l’emballage !!! Et hop, par terre » ça donnera du boulot aux techniciens de surface. « Bah, c’est pas pire que ces connards avec leur crottes de chien, moi y me polluent l’existence, le pied gauche, ça m’a jamais rien rapporté, connerie… »


13h30 : Re-boulot, vite, faut être rentable, c’est le pognon qui dirige le monde

Qu’est-ce que je fais des acides usagés, de la graisse et de l’huile mécanique ???Et puis ya pas d’aspiration pour les émanations toxiques, « Chier ! J’en prends plein les poumons. », Mon patron s’en branle « Et hop ! Dans l’évier… »C’est vrai, pourquoi je me ferai chier,, avec mon salaire (quel con je fais)


18h30 : Fatigué « pff ! Faut rentrer », j’ai la flemme de marcher «  si j’avais ma voiture ! »…

Je passe par le parc, un peu de verdure (je sais c’est cool) ça change, en plus, j’ai failli me manger un velib, « putain de ville ! »(Quel con je fais)


19h00 : Ma douche, je laisse couler l’eau chaude, ça fait du bien, je suis stressé, putain de journée Je vais m’acheter un rasoir électrique, y’en a marre de me couper avec ces jetables


20h00 : Je suis naz, j’ai pas envie de cuisiner, dommage pour les fruits et légumes frais, et blablabla (de toutes façons y sont cher, pas bons et pas français), se sera surgelé et je vais me coucher, en plus, y m’ont foutu du plastique de merde sur mes légumes Bio, j’hallucine


20h15 : « Merde les infos » et je gueule le cul dans mon canapé, le carburant a encore augmenté…


20h45 : Mon p’tit noir, les résultats du Lotto « imagine tout ce que je pourrai me payer, un gros 4*4 qui fait du 20 litres au 100 km et je vous emmerde », c’est bon de consommer, c’est beau de rêver (quel con je fais)


20h50 : Mon film, j’ai besoin de m’évader, « fait chier, ya rien a la télé »…


21h00 : C’est pas grave ya internet, il faut se cultiverJe voudrai pas qu’on voit quel con je faisactualité : 3eme crise pétrolière et bientôt une autre réalité…


22h00 : y’en a marre, un p’tit site de cul, « après tout, ça aussi ça mène le monde !!! »…


23h00 : Toujours pas couché, j’me fais chier, « et merde, ou sont mes somnifères ! », j’arrête pas de cogiter, j’ai envie de chialer

 

Pas le cœur à la fête,

Quand on voit les galettes,

Sur nos plages arrivées,

Par mille, en noires rejetées.

 

A quel part du gâteau,

Avons-nous droit ici bas.

Quand ses rois les plus hauts,

Donneront le trépas,

A notre monde des plus las.

 

Pas de quoi se « marée »,

Quand seul les couronnés,

Conservent la fève d’or noir.

En nous laissant l’espoir,

Que même conditionnés,

Nous mourront rassasiés

 

En attendant

Avec cette caricature (quoi que) de ma journée de citoyen moyen et son lot de paradoxes, de contradictions et de mauvaises fois,, voilà ou on en est

Dans nos petites vies, l’impact des choses n’approchent qu’une réalité superflue, conditionnés par notre société et victimes de nous-mêmes, on atteint les sommets de l’ignorance et de la connerie, engagés dans nos propos et contradictoires dans nos actes

Le chemin pour bousculer nos habitudes et nos mentalités de nantis sera long. Au-delà des agissements de la classe dirigeante, une adaptation et une remise en question seront nécessaire.

Loin de vouloir faire de mon cas une généralité, je vous pose les questions : y a t-il une solution a ce phénomène d’actualité, de qui et d’où viendra t elle, comment voir notre avenir dans ce sens, courront nous à notre perte ou est-ce notre salut, sommes nous capables d’appréhender et de réagir face à ce problème ?

 

C’est à vousAguia.

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 19:09

Galette des rois

 

Pas le cœur à la fête,

Quand on voit les galettes,

Sur nos plages arrivées,

Par mille, en noires rejetées.

 

A quel part du gâteau,

Avons-nous droit ici bas.

Quand ses rois les plus hauts,

Donneront le trépas,

A notre monde des plus las.

 

Pas de quoi se marée,

Quand seul les couronnés,

Conservent la fève d’or noir.

En nous laissant l’espoir,

Que même conditionnés,

Nous mourront rassasiés

 

Aguia.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 16:03

Cannes sous les projecteurs, dans la lumière, dorée, pailletée,  avec une explosion de stars et de médias, en somme, un étalage sucrée ou plutôt édulcorée de luxures et de peoples venant se pavaner sur un tapis rouge, donnant lieu à des concours de sourires hypocrites et publicitaires, de liftings et de Botox, de haute couture et de bijoux importables en dehors de cette insignifiante carpette. Le tout accompagné par l’engouement pathétique d’un publique qui rêve à ce qu’il ne pourra jamais approcher

Et nous, le publique, qui faisons vivre le septième art en payant nos places de cinéma un prix exorbitant, au nom de la culture, et ce, malgré le fait que nous préférions voir un Bienvenu cher les Chtis, nous adhérons à ce balai jet set et élitiste d’où dégueule le fric, face à la misère du monde et la notre

Je crois que ce festival devrait nous appartenir, au même titre que les Molières ou les Césars, mais on ne va pas refaire le monde

Alors une question me vient : Festival de Cannes, tremplin culturel du septième art ou auto-masturbation cérébrale des professionnels du milieu ?

Aguia

Partager cet article
Repost0
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 23:33

Dance floor libre

 

En Chine, ..., la Techtonik tout...
Demandez aux jeunes... euh...non, l
à ce n’est pas des plaques,

c'est des boutons...

Son encre marque les piles ou faces de tib
étains,

mais c'est d'électronsDont-ils vous parleront...

 

(bleu, gras et souligné, font les relations)

 

Aguia

Partager cet article
Repost0